CTOM bas

Inauguration du centre de transfert des ordures ménagères

Patrick Leclerc et Albert Moysan, présidents des communautés de communes des pays de Landerneau-Daoulas et de Landivisiau, ont inauguré samedi 11 juin le nouveau centre de transfert des ordures ménagères situé sur la zone de Saint-Eloi à Plouédern.

Environnement

Publié le samedi 11 juin 2016

inauguration CTOM intervenantsPatrick Leclerc et Albert Moysan, présidents des communautés de communes des pays de Landerneau-Daoulas et de Landivisiau, ont inauguré samedi 11 juin le nouveau centre de transfert des ordures ménagères situé sur la zone de Saint-Eloi à Plouédern.

Avec leur vice-président en charge de l’environnement, à savoir Jean-Claude Le Tyrant pour le pays de Landerneau-Daoulas et Jean Jézéquel pour le pays de Landivisiau, les élus ont pu présenter ce nouvel équipement aux maires et conseillers communautaires des deux collectivités. Une démonstration du fonctionnement a également été proposée, ce qui a permis de prendre la pleine mesure de l’intérêt de cet investissement portée en entente intercommunale entre les deux communautés.

 

inauguration CTOM Albert Moysaninauguration CTOM Patrick Leclercinauguration CTOM Jean Jézéquel

 

 

 

 

 

 

inauguration CTOM assistanceinauguration CTOM démo

 

 

 

 

 

 

 Historique du projet :

Le projet de ce centre de transfert est né de la nécessité d’imaginer un outil plus adapté que l’usine existante, dans laquelle le maintien des installations devenait onéreuse et imposait une présence permanente. L’orientation retenue par les élus des deux collectivités adhérentes (communautés de communes des pays de Landerneau-Daoulas et de Landivisiau) étant à court/moyen terme de procéder à la dissolution du SIVALOM (syndicat intercommunal de valorisation des ordures ménagères) et d’imaginer un système plus efficace.

Des études ont été menées dans ce sens par le cabinet Bourgois en 2012. Les deux collectivités se sont entendues pour que ce nouveau centre de transfert soit localisé à proximité du site existant et autant que possible sur le site de l’usine du SIVALOM.

Cette dernière solution consistant à créer le centre de transfert sur le site du SIVALOM a été retenue et nécessitait une dépollution du site. Cette procédure était nécessaire d’une part à la cessation d’activités de l’usine mais aussi pour permettre de lui donner une autre destination dans le futur (activités économiques).

Sur le site du centre de transfert existe encore à proximité le bâtiment de l’ancienne usine qui sera prochainement déconstruit.

Coût et financement :

Le coût de ce nouvel équipement avoisine la somme de 1 060 000 € HT financé avec l’aide du Conseil départemental à hauteur de 200 000 €. Le solde est réparti entre les deux Communautés partenaires sur la base du tonnage d’ordures ménagères produit soit 61% pour la CCPLD et 39 % pour la CCPL.

 

Originalité du mode de gestion :

Pour mener à bien ce projet, il convenait aussi de déterminer les conditions dans lesquelles le portage entre les deux Communautés pouvait s’imaginer.

L’entente intercommunale, ancêtre de nos syndicats, a été retenue. Cet outil juridique présente l’avantage de permettre de porter ensemble un projet, d’en répartir le financement et le coût de fonctionnement de manière très simple tout en conservant dans chaque collectivité le pouvoir de décision et donc l’obligation de s’entendre pour l’intérêt commun.

La communauté de communes du pays de Landerneau-Daoulas va porter le suivi du fonctionnement du site parce qu’il était nécessaire d’avoir un interlocuteur en tant que personne morale (ce que n’est pas une entente intercommunale) pour assumer l’exploitation du site en tant qu’ ICPE (installation classée pour l’environnement), pour autant la gestion se fera en bonne intelligence entre les services des deux communautés.

 

Fonctionnement :

Cet équipement va dans les premiers temps nécessiter pour les agents une adaptation et le respect de règles de fonctionnement d’une part pour optimiser le remplissage des bennes à fond mouvants (FMA) mais aussi pour éviter de se retrouver avec des contraintes de nettoyage trop lourdes.

 

Ce site bénéficie d’une surveillance vidéo qui vient compléter l’organisation des pesées et permet de contrôler le bon fonctionnement et surtout d’agir à distance en cas de problème, notamment de pesée. Le coordonnateur de collecte de la CCPLD passera régulièrement afin de vérifier l’état des équipements.

 

Le centre de transfert va voir passer annuellement 15 000 tonnes d’ordures ménagères. Malgré une augmentation du nombre d’habitants, ce poids est en diminution constante dans nos deux collectivités grâce à la montée en puissance de la collecte sélective.

CTOM hautCTOM bas